Georges Courteline

Georges Courteline est un auteur très souvent joué par des compagnies d'amateurs. Son humour, ses attaques à boulets rouges contre les fonctionnaires et plus largement contre la bêtise sont très appréciés par les spectateurs.

Qui était Georges Courteline?  De son vrai nom Georges Victor Marcel Moineau, il naquit  en 1858 à Tours, Courteline adopta comme patrie Paris et Montmartre, dont il se revendiquait volontiers. Il signait d'ailleurs ses c hroniques  par le pseudo "Jean de la Butte". Il travailla comme fonctionnaire au Ministère des Cultes. Après la publication de sa pièce " Messsieurs les ronds de cuir", où ses collègues s'étaient reconnus dans les personnages, il dut quitter ses fonctions. Tant pis pour la fonction publique! 

Fréquentant assidument les bistrots, il y puisa bon nombre de répliques et de personnages! De son passage à l'armée, à Bar le Duc, il tira la matière de son célèbre "Gaités de l'escadron".

Corteline aimait les bistrots et il avait le goût de la blague.   Il habitait à Montmarte rue Lepic,au n° 89 et descendait tous les jours au bistrot, suivant la pente naturelle. La remontée était plus difficile! Il aimait les boissons fortes, et avait inventé des mélanges détonants eau de vie -anisette, ou pire encore :

"Pour savoir qu'un verre est de trop, encore faut-il l'avoir bu".courteline-caricature.jpg

Entre autres apports à l'humanité, il inventa le Conomètre, instrument très utile et destiné à mesurer le degré de connerie des utilisateurs.

Auteur fécond et très apprécié, malgré son caractère parfois fantasque et ses calembours, il entra à l'Académie Goncourt.

Courteline mourut un 25 juin 1929. Il est enterré au Cimetière du Père Lachaise.

Il composa entre autres des pièces courtes, en un acte, don: L'illustre Piégelé (1904), Le Gora (1920), M. Badin (1897) ou encore La peur des coups.

Courteline décrit souvent des couples bourgeois, des tromperies et des disputes. Ses personnages sont bavards, vaniteux, truculents, bravaches, écervelés, ridicules, grandiloquents, fumistes et faiseurs, les femmes sottes ou tyranniques, vaines et bécasses, mais de ces caricatures il se dégage quand même une très grande humanité. Il caricature aussi l'administration et des employés, aussi inutiles qu'inefficaces.

Quelques citations, parmi des centaines :

"L'Administration est un lieu où ceux qui arrivent en retard croisent dans l'escalier ceux qui partent en avance".

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×